jeudi 21 janvier 2016

Nouveau cheptel et nouvelles images

Maintenant que mon scanner a emmigré ce blog tout comme Un Bougnat en Islande se retrouvent alimenté d'images à foison! Mieux! J'ai agrandi mon cheptel avec du beau. Bon, je ne révèle pas l'identité du moyen format qui est venu chez moi, mais je vais développer une Ektar et une CR200 ce soir, et donc présenter mon précieux sous (très) peu.

En attendant cette nouvelle que j'annonce comme une jeune maman qui vous colle sont mioche baveyux sous le nez, je fais, comme pour le dernier article, un doublon avec l'article sur mon autre blog, mais ici plus axé sur l'aspect technique, encore et toujours. Et pour pas faire un réel doublon j'ai pas forcément mis les même images sur les deux blogs. Pour voir les autres c'est là.


Alors pour info on a un Olympus OM 20 (reflex 24*36) avec ses Zuiko en 28mm, 50mm et 100mm.Le film est une Ilford HP5+ en 400ISO développée dans de l'Ilfosol 3 à 1+14. Malheureusement je n'aime pas ce révélo, je le trouve très granuleux à 1+14. J'essayerai à 1+9 la prochaine fois.

Pour nous situer nous somme au Réttir en septembre, évenement où on ramène les moutons à l'interieur pour l'hiver.

Pour les voire en plus gros faut cliquer dessus, elles sont en 1200dpi, mon scanner étant très, TRES long en 2400dpi.


Il y avait une tempête. Ca ne se voit pas bien sur les photos mais les poils du mouton de dos au premier plan en est une preuve!

Les enclos pour cette évenement sont super classes, car aucune maison en pierre n'existe là haut, rien en vieilles pierres si ce n'est ces trucs. Ca ressembles aux fouilles archéologiques des anciennes maison: un couloir, une énorme pièces où on met tout les mouton, et plein de petites pièces annexes pour les trier.

Si vous arrivez pas à dormir...

Ceux de devant balançaient des bêlements d'indignation quand ils se faisaient rentrer. C'était drôle on aurait dit qu'ils insultaient les fermiers.

Le cimetière de Reykjavik, l'endroit le plus vert du pays presque! Avec cette tombe qui est la plus importante: la gardienne du cimetierre.

Les bougies sont pas une habitude récente ici.


On ne s'attend pas à trouevr ce genre de véhicule là haut.

Magnifique plage de galets avec son soleil rasant...

L'église d'Hallgrimur. (28mm... pas le choix!)

Leifur Eirksson, premier côlon du Groënland et de l'Amérique. (100mm ici je me souviens!)


Les chats là haut sont les moins anxieux du monde, tous viennent faire des câlins quand on les appelle.

Repas dans le plus vieux bâtiment du pays sur une île pour l'illumination de la Imagine Peace Tower avec Yoko Ono le 8 octobre. (Petit effet "visage fromage blanc" avec le flash.)

Eglise catholique qui est toute déformée par le 28mm.

Et la fin de pelloche, petite tentative au flash, ça a révélé ces motifs bizarres sur la chaussure. Chose que j'avais jamais vu.

lundi 18 janvier 2016

Reykjavík en Color Implosion

C'est pas la première fois que je parle de la Color Imlposion (ici et ), une pellicule périmée rebadgée par Adox qui fais des couleurs sympatoches et un grain abusif. C'est périmé mais les rendus sont réguliers. J'en ai refais dans mon Smena 8M, en même temps vu la résolution du film on ne peut pas voir la différence entre un Leica et un Point and Shoot 126 à ménisque plastique.

Mon favori parmi tous. L'élu. Le Smena 8M.

Malheureusement j'ai beaucoup de sous-exposés, et le grain est bien pire que ce que j'avais avant..en d'autres termes, le film a beaucoup morflé. 

Mais bonne nouvelle! J'ai retrouvé mon scanner et mon activité argentique va donc reprendre. J'ai déjà 5 films de développés et scannés. Je commence donc avec le plus laid. 

Le seul coin qui ne gèle pas de "la mare" (Tjörnin), avec des étudiants en Stitch.


La fameuse construction en forme de drakkar.

Ca pourrait venir des 70's. Il a énormément neigé debut décembre, c'était pas arrivé depuis 1933.


Vu la hauteur du soleil il devait être 14h30 ou 15h.

Toujours la mare en centre-ville.

Vous rendez-vous compte de la difficulté avec un Smena d'aller voir un canard qui bouge, estimer la distance de celui-ci et la reporter sur l'objectif, estimer la luminosité ambiante et reporter sur l'appareil en tenant compte qu'on veut le maximum de vitesse pour f/4 (le max), viser, avancer le film, armer et déclencher? C'est une p*tain de prouesse technique!

De l'eau chaude sort pas loin c'est pour ça que la glace ne tiens pas dans ce coin de "la mare".

Fin de la pelloche j'ai superposé plusieurs trucs, on voit bien la chambre grand format du musée de la photographie. L'autre photo je n'arrive pas à me souvenir de ce que c'était mais ça rend bien comme ça au final.

La suite en noir et blanc bientôt!

mardi 1 décembre 2015

Qu'es aquò la Lomographie?

Gros sujet tendu et houleux chez les argenteux qui finit toujours en combat de chaises, je vais essayer de pondre une analyse objective de la Lomographie. Parce qu'au final, beaucoup de problèmes sont soulevés par ces mots et tous sont enfouis par la peur du débat. Mais je vais y venir.

Je vais mettre toutes mes photos qui collent avec ce mouvement pour ilustrer.
Ici, un développement croisé, très populaire chez les lomographes.

Simplement comment dire?

La Lomographie est un mouvement crée de toute pièces pour désigner le fait de prendre des photos argentiques expérimentales pour des buts artistiques ou esthétiques. C'est quelque chose qui s'accole fortement aux tendances hipsters qui ont balayé les pays développés ces dernières années.
Des poussières et des fuites de lumières. La Brownie Flash peut être un bon partenaire.

Je sens venir le conflit rien qu'à la vue du mot hipster, mais... allons-y: "En quoi y a-t-il polémique?"

Effectivement, la communauté argentique comme toute communauté ne vois pas d'un bon oeil le changement quand il s'éloigne de la qualité ou de la tradition. Mais en fait, cette part "hipster" n'est pas vraiment décriée, il faut se l'avouer, les argenteux font généralement la part belle au vintage alors à qui la faute.

Toujours au Brownie Flash, un problème de développement et une balance du constrate très anormale fait tout de suite plus exotique.


Poussières, flou et vignettage: gros lot! Kiev 30M et films Svema. Ah oui, plus le film est vieux, rare et pourri, mieux c'est. Je ne parle pas de ceux qui traitent leur film à l'urine.


Non. Le problème vient du fait que ce mouvement est très très lié à une marque dénomée Lomography. Crée en 1992 par deux étudiants viennois qui ont trouvé ça drôle de jouer avec des appareils bon marchés de l'est dénichés dans des brocantes, la firme n'a pas vraiment eu un gros succès. Mais les années 2000 et surtout à partir de 2010, le retour au vintage les a boosté comme pas possible. Ils ont racheté des brevets d'appareils de la firme soviétique LOMO (qui leur a donné leur nom) puis d'autres brevets pour refaire les appareils à leur sauce. Ainsi plein de copies d'appareils bas de gamme en général tout plastique et sans trop de réglages se retrouvent sur la marché. Leurs prix sont ahurissants, les accessoires sont multiples et les pellicules sont des lots d'invendus rebadgés.

Inverser la lentille du Brownie Flash est in! (Perso c'était une erreur, ça m'a flingué pas mal d'image d'ailleurs.)


Le red scale est aussi à la mode (mettre un fil à l'envers)

Si ce n'était que ça ça passerait, mais cette firme tient à développer sa propre mode et lance une politique de propagande monstrueuse avec des boutiques "hypes", des règles imprimées partout, un site de partage spécialisé qui ressère les liens et l'appartenance, de l'hébergement de blogs allègrements orientés pour faire vendre et servir de pubs... Bref de l'impérialisme au plus au niveau qui a tendance à faire vomir les esprits conscient et a créer une armée de "photographes" riches qui achètent juste des conneries tout plastique, des films rebadgés hors de prix et balancent une montagne d'images "authentiques" sur le net. En général le manque d'humilité est l'aspect le plus énervant.

Les coups de machine à écrire c'est inventé par moi. J'espère que ça deviendra une mode! (C'est un film que j'ai eu en achetant des cartouches vides.)

Red scale.

Fuites de lumières!

Maintenant la firme produit même des objectifs qui se fixent sur des appareils communs, ainsi une des dernière fantaisie était de monter un de leurs objectif dégueu sur ... des Leicas. (Ca fait grincer les dents.) Mais il y a aussi la fabrique du Petzval, un objectif pas pratique qui date d'il y a plus d'un siècle et dont la copie vaut affreusement cher. Il y a aussi l'instantané qui est touché avec le lancement des Lomo Instant qui mangent du film Instax. C'est plutôt pas mal mais terriblement cher: le prix d'un MF avec objo et dos sur les sites de revente.

Des couleurs saturées et une qualité de merde. Le film Rollei Digibase CN 200 Pro devrait en ravir certains.

La surexposition est parti-intégrante du mouvement aussi! Par erreur j'ai eu un chat en trèfles. Par chance la diapo était correctement exposée.

Le plein format aussi c'est classe et j'en suis un grand partisan par ailleurs. Ici c'est du Adox Color Implosion dans le Lubitel, une bonne combinaison pour des résultats rétros. Si ça vous interesse j'ai un article dessus.

La polémique est donc là. La peur d'une bande de riches, abrutis, vantards, qui ne jurent que par cette mode de l'obsolète à but unique. (Sans prendre de position dans un autre débat c'est un peu le combat des PC et des Apple. A la différence qu'Apple essaye de balancer l'argument de la qualité.)

Quels sont les règles de la Lomographie?

  1. Emporte ton Lomo où que tu ailles.
  2. Utilise-le à n'importe quel moment — jour et nuit.
  3. La lomographie ne fait pas intrusion dans ta vie, elle en fait partie.
  4. Essaie la prise de vue sans viser.
  5. Approche-toi au plus près des objets que tu veux lomographier.
  6. Ne réfléchis pas.
  7. Sois rapide.
  8. Tu n’as pas à savoir à l’avance ce que tu prends en photo.
  9. Ni par la suite.
  10. Ne te préoccupe pas des règles !

Pour analyser ça à la va vite, les  1, 2, 4, 6, 7, 8, 9 sont des phrases qui ne sont là que pour inciter à consommer du film de manière déraisonnable. (Qu'il faut développer au prix d'or et qui vaut déjà une blinde.)

Les 1, 3 sont directement un appel à faire de la pub.

Les 1, 2, 3, 6, 7, 8, 9, sont juste les ordres totalitaires les moins déguisés de l'histoires, même en Corée-du-Nord ça passerait pour du foutage de gueule.

Et la 10 là dedans? Bah c'est la meilleure manière de faire passer la pilule chez les jeunes, le "Non je déconne!" qui abaisse immédiatement la garde, alors que ces phrases qui sont là et vues n'en disparaissent pas moins, non, elles ont le champs libre maintenant. Et puis quoi de plus fédérateur chez les jeunes de dire "Rebellez-vous! Ne suivez pas les règles!". Ca pue la dictature à plein nez. Mais c'est également la technique d'Impossible...


Kodak Gold périmée est cuite au soleil trouvée dans une brocante mise dans un précidès pour des pose longues. Alors là j'ai la barbe, la chemise à carreaux, l'iPhone et le café starbucks qui me poussent dessus.

Et sinon il y a des aspects positifs ou pas du tout?

-Ca fait vendre du films chez les autres marques qui sont souvent en déclin.
-Beaucoup de personnes s'initient à la photo par ce mouvement et vont plus loin dans l'argentique après.
-Les labos ne ferment plus aussi vite grâce à la demande de développement, majoritairement en couleurs, mais également en noir et blanc.
-Les diapos sont populaires chez les lomographes et ça retarde leur mort (jusqu'à la résurection de Ferrania qui viendra comme le Christ.)
-Ils répendent l'idée que l'argentique n'est pas mort (sentiment généralisé majoritaire).

Le seul film 127 longtemps disponible puis finalement mort, un rebadgeage par Rollei d'un film périmé et foutu à l'envers, mais même en red-scale ça marche moyen.

Impossible surfe quasi sur la même vague.


Mais alors toi. Que fais-tu?

Hé hé on me l'a déjà demandé et je me le suis demandé. Car après tout, l'expérimental j'adore ça, le rétro aussi, et je fait bien des trucs tordus avec tout ce que je trouve. Mais d'un autre côté je fais du très conventionnel, du noir-et-blanc au réflex développé et tiré main dans un but de qualité. Je suis touche à tout et j'ai quand même une adoration de la photographie expérimentale, mais je boycott les produits Lomography tout simplement, j'aime pas qu'une marque me prenne pour un pigeon. (OK j'ai acheté leur film couleurs 120 une fois pour des tests et pour couper parce qu'elles étaient pas chères et une 110 une fois parce qu'elle n'existent que chez eux.) Au final, le meilleur film expérimental qu'il existe reste l'Adox Color Implosion qui soutient en plus l'industrie d'Adox qui essaye d'innover.

Pousser un film loin aussi c'est important: Fomapan 100 à 800.
Et n'oubliez pas les produits dérivés!

jeudi 19 novembre 2015

Retour fulgurant!

Comme je l'avais dit auparavant, je suis en Islande et mon activité argentique en a pris un coup. Mais depuis je me suis inscrit au labo argentique (le seul du pays) et j'ai acheté mes produits. Ainsi j'ai fini par avoir mes négatifs développés, couleur et noir et blanc.

Sauf qu'on a pas de scanner. Donc bien embêté je me trimballe mes négatifs pour rien. Mais j'ai trouvé une boutique qui fait les tirages et les scans pour pas très cher. Ainsi, je leur ai emmené ma pellicule couleur et pour 36 tirages 10*15 et les scan j'en ai eu pour 1700ISK (12€) ce qui est vachement plus abordable que les 52€ de la boutique Kodak de Clermont qui m'a pondu des trucs dégueu.

Bien sans attendre je balance les résultats.

Pour la fiche technique c'est Olympus OM20 avec des Zuikos et la pelloche est une Fujicolor 200.

Avant toute chose: la drapeau Islandais.
Hallgrímskirkja la cathédrale emblèmatique de Reykjavík.
 Continuons la visite en se baladant autour du Tjörnin (la mare), l'étendue d'eau du centre-ville.

Le bâtiment en fond est le gouvernement, il est à moitié dans la mare.

Les maisons qu'on voit ici ont l'avantage d'être énormes, d'être au centre ville (le 101) et d'être face au Tjörnin avec vue sur la céthédrale etc... Donc c'est réservé aux TRES fortunés, certaines servent surtout à des réceptions officielles.

Sur un banc public autour du lac.

Bon ça date un peu vu que là il est gelé et qu'il y a de la neige sur Esja, la montagne derrière. L'église qu'on voit est la plus vielle église en dur du pays me semble-t-il: Domkirkja.

La ville est dominée par les chats, bestioles molles qui n'ont pas peur d'être grattées. Celui-là est top parce qu'il s'accorde avec la peinture et la porte.
Alors ici l'homosexualité est une mode, une fièrté et tout le monde veut son homosexuel dans son entourage (j'exagère mais pas trop quand même...) et cet été la ville était toute bariolée, bon depuis lans bancs de fleurs sont mort et les rues arc-en-ciel ont été nettoyées au kärcher... c'était assez brutal j'aurais dû faire une photo.

Nautholsvik. La plage géothermale. Le point d'eau de mer est chauffée avec de l'eau volcanique pour qu'on puisse s'y baigner. Ben a 10.3°C le 15 septembre j'y suis pas allé longtemps.

Un jour Pamplemousse et moi revenions d'Ikea avec le mauvais bus et nous nous somme retrouvés à Hafnarfjörður.

J'aime bien la vue de chez moi mais j'arrive aps à en faire une image descente la nuit.

Un jour on est allé au parc naturel à côté d ela ville.

Et Pamplemousse y a trouvé sa maison de vacance.

Superman a sa piste privée à Nautholsvik (la plage géothermale).

J'adore cette image et la suivante.


Et toujours pour plus d'histoires en Islande il reste mon autre blog: Un Bougnat en Islande.

En Noir et Blanc j'ai quelques trucs exploitables en prenant les négatifs en photo sur table lumineuse, mais j'en met qu'un seul. =)

Mes amis dans le plus vieux bâtiment en dur d'Islande sur l'île de Viðey le soir de l'illumination de la Imagine Peace Tower en présence de Yoko Ono.